1-877-945-4777

Demander à un Expert

Nutrition

Tous les parents ont des questions et nos experts leur donnent des réponses. Lire sur :

Il ya 36 questions et réponses.


1. Pourquoi les repas en famille sont-ils importants?

Les adultes qui prennent des repas réguliers mangent mieux, sont en meilleure santé et sont plus minces. Les enfants et les adolescents qui prennent leurs repas en famille mangent mieux, se sentent mieux, s'entendent mieux avec les autres et réussissent mieux à l'école. Toutefois, lorsque les enfants deviennent adolescents, les membres de la famille risquent davantage de manger à la course que de prendre leur repas ensemble.

Voici plus de raisons de maintenir les repas en famille. Ils permettent :

  • d'aider les adultes et les enfants à apprendre à aimer divers aliments;
  • à tous d'avoir faim lorsqu'ils se mettent à table et de manger jusqu'à ce qu'ils soient rassasiés, ce qui aide les adultes et les enfants à consommer la quantité d'aliments dont ils ont besoin pour peser le poids qui leur convient;
  • de donner à tous les membres de la famille un moment et un lieu où ils peuvent se tenir au courant de ce qu'il se passe avec les autres, de s'entraider et de raconter des histoires de famille;
  • de faire que la nourriture reste l'un des grands plaisirs de la vie.

Référence : Ellyn Satter's Everybody Does Better with Family Meals

Pour toute question sur les bonnes habitudes alimentaires, composez le numéro du Service de consultation de diététistes afin de parler avec un diététiste agréé au Manitoba. Vous pouvez joindre ce service en composant le 204 788-8248 (à Winnipeg) ou le 1 877 830-2892 (sans frais).

-- Les responsables du site Zone des Parents du Manitoba tiennent à remercier le Service de consultation de diététistes de sa contribution à cette réponse.

Haut de page


2. Comment savoir si mon bébé est prêt à manger des aliments solides?

Votre bébé est prêt à manger des aliments solides quand :

  • il a atteint l'âge de six mois;
  • il se tient la tête droite;
  • il se tient assis dans une chaise haute;
  • il s'ouvre grand la bouche lorsqu'on lui offre de la nourriture sur une cuillère;
  • il se détourne le visage quand il ne veut pas manger;
  • il se ferme les lèvres sur une cuillère;
  • il garde la nourriture dans sa bouche et l'avale, au lieu de la recracher.

Texte traduit et adapté de : Feeding Your Baby – From Six Month To One Year

Pour toute question sur les bonnes habitudes alimentaires, communiquez avec le Service de consultation de diététistes afin de parler avec un diététiste agréé au Manitoba. Vous pouvez joindre ce service en composant le 204 788-8248 (à Winnipeg) ou le 1 877 830-2892 (sans frais).

-- Les responsables du site Zone des Parents du Manitoba tiennent à remercier le Service de consultation de diététistes de sa contribution à cette réponse.

Haut de page


3. Je suis enceinte de cinq mois et commence à souffrir de brûlures d'estomac. Pourriez-vous me donner des conseils sur la manière d'apaiser les brûlures d'estomac pendant ma grossesse? Est-ce que je devrais éviter certains aliments?

Les brûlures d'estomac sont courantes pendant la grossesse, car une hormone, la progestérone, cause la relaxation de la valve entre l'estomac et l'œsophage. Ce phénomène permet à l'acide de l'estomac de passer dans l'œsophage et d'irriter la muqueuse ce qui entraîne une sensation de « brûlure ». En grandissant, le bébé fait davantage pression sur l'estomac, ce qui peut également provoquer le reflux de l'acide gastrique dans l'œsophage.

Voici les étapes à suivre pour éviter les brûlures d'estomac :

  • manger six petits repas pendant la journée plutôt que trois gros repas; éviter de manger une grande quantité de nourriture à la fois;
  • limiter ou éviter les aliments gras et frits;
  • limiter ou éviter les aliments pouvant déclencher les symptômes associés aux brûlures d'estomac comme les épices, la menthe poivrée, le chocolat, les jus d'agrumes, les oignons, l'ail et les produits à la tomate;
  • après avoir mangé, attendre une heure avant de s'allonger;
  • porter des vêtements amples, particulièrement au niveau de l'estomac.

Les types d'aliments qui provoquent des brûlures d'estomac peuvent varier d'une personne à l'autre. Mangez des aliments variés et notez ceux qui causent des malaises. Lorsque vos symptômes se sont apaisés, essayez ces aliments à nouveau.

Les antiacides en vente libre peuvent aider à soulager les brûlures d'estomac. Ne prenez pas d'antiacides en vente libre sans en parler avec votre fournisseur de soins de santé. Si vos symptômes sont graves, votre fournisseur de soins de santé peut vous prescrire des médicaments.

Pour toute question sur les bonnes habitudes alimentaires, composez le numéro du Service de consultation de diététistes afin de parler avec un diététiste agréé au Manitoba.

-- Le site Zone des Parents du Manitoba tient à remercier le Service de consultation de diététistes pour sa contribution à cette réponse.

Haut de page


4. Comment puis-je aider mon enfant à mieux manger?

En grandissant, les enfants acquièrent progressivement la compétence alimentaire grâce à un partage des responsabilités adapté à chacune des étapes de leur croissance. À chacune de ces étapes, les parents assument le premier rôle dans le domaine de l'alimentation, tout en laissant de l'autonomie à l'enfant.

Voici le partage des responsabilités en ce qui concerne les enfants(en anglais seulement) en bas âge :

  • Le parent est responsable du type de nourriture
  • L'enfant est responsable de la quantité de nourriture qu'il mange (et de tout le reste)

Les parents choisissent entre l'allaitement et la préparation pour nourrissons, aident l'enfant à garder son calme et à être méthodique, puis le nourrissent doucement, en faisant attention aux indices qu'il donne sur les heures, le rythme, la fréquence et les quantités.

Voici le partage des responsabilités en ce qui concerne les bébés plus âgés (en anglais seulement) qui commencent à manger la même chose que le reste de la famille :

  • Le parent est responsable du type de nourriture et devient responsable du lieu et de l'heure des repas.
  • L'enfant est encore et toujours responsable de la quantité de nourriture qu'il mange, et c'est lui qui décide s'il mangera ce que lui donne le parent.

En se basant sur ce que l'enfant est capable de faire, et non sur son âge, les parents guident sa transition de la nourriture liquide à la nourriture semi-solide, puis à la nourriture épaisse avec des morceaux et enfin à des aliments à manger avec les doigts aux repas de famille.

Voici le partage des responsabilités en ce qui concerne les tout-petits (en anglais seulement) jusqu'à l'adolescence(en anglais seulement) :

  • Le parent est responsable du contenu, du lieu et de l'heure des repas.
  • L'enfant est responsable de la quantité de nourriture qu'il mange, et c'est lui qui décide s'il mangera.

Il est essentiel que les parents fassent confiance à leurs enfants quant aux quantités de nourriture qu'ils mangent et quant à leur décision de manger ou non. Si les parents jouent leur rôle de nourrisseur, les enfants joueront leur rôle de mangeur.

Tâches des parents en tant que nourrisseurs :

  • choisir la nourriture et la préparer;
  • fournir des repas et des encas régulièrement;
  • faire des repas des moments agréables;
  • montrer aux enfants ce qu'ils doivent savoir sur la nourriture et sur l'attitude à avoir lors des repas;
  • prendre en considération le manque d'expérience des enfants quant à l'alimentation sans se plier à leurs préférences;
  • ne pas laisser les enfants manger ou boire (sauf de l'eau) entre les heures des repas et des encas
  • laisser les enfants grandir dans le corps qui leur correspond.

Tâches des enfants en tant que mangeurs ::

  • manger;
  • manger la quantité dont ils ont besoin;
  • apprendre à manger la même chose que leurs parents;
  • grandir de façon prévisible;
  • apprendre à bien se comporter pendant les repas.

Référence : Référence : Division of Responsibility in Feeding, d'Ellyn Satter.

Pour toute question sur les bonnes habitudes alimentaires, composez le numéro du Service de consultation de diététistes afin de parler avec un diététiste agréé au Manitoba. Vous pouvez joindre ce service en composant le 204 788-8248 (à Winnipeg) ou le 1 877 830-2892 (sans frais).

-- Les responsables du site Zone des Parents du Manitoba tiennent à remercier le Service de consultation de diététistes de sa contribution à cette réponse.

Haut de page


5. Je suis enceinte. Y a-t-il des aliments que je dois éviter?

Oui. Bien que la majorité des aliments soient sans danger, il y a certains aliments que vous devriez éviter ou consommer seulement en quantités limitées pendant votre grossesse. Voici certains aliments qu'il est important d'éviter :

  • tout alcool, dans la mesure où aucune quantité d'alcool n'est considérée comme inoffensive pendant la grossesse. Vous devriez éviter tout alcool;
  • trop de caféine. Limitez votre consommation de caféine à 300 mg par jour pendant votre grossesse ou si vous allaitez un enfant. Café, thé, boissons gazeuses, boissons énergétiques et chocolat sont des sources possibles de caféine;
  • les viandes et les volailles crues ou non cuites. Faites cuire vos plats à de viandes et de volailles suffisamment pour atteindre une température interne sécuritaire;
  • les viandes de charcuterie non séchées, comme la mortadelle, le rosbif et la poitrine de dinde, ainsi que les viandes transformées comme les hot dogs. Les viandes de charcuterie séchées et salées, comme le salami et le pepperoni, sont des alternatives considérées plus sécuritaires, tout comme les viandes de charcuterie non séchées et les hot dogs entièrement réchauffés jusqu'à dégager de la vapeur;
  • les pâtés et viandes à tartiner réfrigérés. Les pâtés en boite et viandes à tartiner offertes sur les tablettes sont des alternatives plus sécuritaires;
  • les fruits de mer fumés crus ou réfrigérés (en particulier les huitres, les palourdes et les moules). Faites cuire tous les fruits de mer jusqu'à une température interne sécuritaire. Les fruits de mer fumés en conserve qui ne nécessitent pas de réfrigération avant leur ouverture sont une alternative plus sécuritaire. Évitez les poissons contenant des niveaux de mercure élevés et les poissons provenant de lacs et rivières contaminés qui peuvent être exposés à de hauts niveaux de polychlorobiphényles. Suivez les conseils de Santé Canada en ce qui concerne les poissons dont la consommation ne pose aucun danger;
  • tous les aliments et plats à base d'œufs crus ou légèrement cuits. Les œufs doivent être cuits jusqu'à ce que le jaune soit ferme. Les plats à base d'œufs devraient être bien cuits pour atteindre une température interne sécuritaire;
  • les produits laitiers crus ou non pasteurisés, y compris les fromages à pâte molle et semi-molle, comme le brie, le camembert et le bleu. Les produits laitiers pasteurisés et les fromages à pâte ferme sont des alternatives plus sécuritaires;
  • les jus de fruits non pasteurisés et le cidre de pomme non pasteurisé. Les jus de fruits et cidres pasteurisés sont des alternatives plus sécuritaires;
  • les légumes non lavés et les germes crus, comme la luzerne, le trèfle, le radis et l'ambérique. Lavez tous les légumes et faites bien cuire tous les germes.

Référence : Santé Canada : Listeria et salubrité des aliments.

Pour toute question sur les bonnes habitudes alimentaires, composez le numéro du Service de consultation de diététistes afin de parler avec un diététiste agréé au Manitoba. Vous pouvez joindre ce service en composant le 204 788-8248 (à Winnipeg) ou le 1 877 830-2892 (sans frais).

Le site Zone des Parents du Manitoba tient à remercier le Service de consultation de diététistes de sa contribution à cette réponse.

Haut de page


6. Les aliments biologiques sont-ils meilleurs pour ma famille?

Qu'ils soient biologiques ou non, tous les aliments sont nutritifs et propres à la consommation lorsque vous faites des choix santé s'inspirant de Bien manger avec le Guide alimentaire canadien. Bien des facteurs affectent la valeur nutritive d'un aliment, comme l'endroit et la façon dont il a été cultivé, entreposé, livré et même cuit. Les aliments biologiques peuvent avoir davantage, tout autant ou moins d'éléments nutritifs que les aliments non biologiques. La culture et la production de tous les aliments, qu'ils soient biologiques ou non, sont soumises à des règles strictes pour s'assurer que les aliments sont propres à la consommation. L'achat d'aliments biologiques est donc un choix personnel, à l'instar de tous les aliments que nous consommons.

Source : Les diététistes du Canada

Pour obtenir des réponses à vos questions concernant la saine alimentation, communiquez avec le Service de consultation de diététistes pour parler à un diététiste du Manitoba. Vous pouvez rejoindre le Service de consultation de diététistes au 204 788 8248 à Winnipeg ou sans frais au 1 877 830 2892.

-- Les responsables du site zonedesparentsdumanitoba.ca tiennent à remercier le Service de consultation de diététistes de les avoir aidés à répondre à cette question.

Haut de page


7. Je fais la préparation pour nourrissons que je donne à mon bébé avec de l'eau de source, et on m'a récemment indiqué que je devrais utiliser de l'eau distillée. Puis-je continuer à utiliser de l'eau de source ou devrais-je utiliser de l'eau distillée?

On peut préparer des biberons en toute sécurité avec les eaux suivantes :

  • De l'eau froide du robinet d'un réseau urbain. Faites couler l'eau deux minutes chaque matin pour évacuer tout résidu.
  • De l'eau de puits ou de source (non embouteillée) ayant été testée et satisfaisant aux Recommandations pour la qualité de l'eau potable au Canada.
  • De l'eau en bouteille (de source ou traitée, mais pas minérale).

Utilisez exclusivement de l'eau stérilisée jusqu'à ce que votre bébé ait quatre mois. Pour stériliser l'eau, faites-la bouillir à gros bouillons dans une casserole pendant deux minutes. Couvrez la casserole et laissez l'eau refroidir à température ambiante. Si vous ne faites pas la préparation pour nourrisson immédiatement, l'eau refroidie peut être conservée dans un contenant stérile jusqu'à 24 h à température ambiante, ou jusqu'à 72 heures au réfrigérateur.

-- Les responsables du site Zone des Parents du Manitoba tiennent à remercier Health Links – Info Santé de les avoir aidés à répondre à cette question.

Haut de page


8. Je suis enceinte pour la première fois. Que devrais-je manger?

L'une des meilleures façons de favoriser la croissance et le développement de votre bébé est de suivre les conseils de la brochure Bien manger avec le Guide alimentaire canadien. Essayez de manger au moins trois repas équilibrés par jour, ainsi que des collations entre les repas. Au cours du deuxième et du troisième trimestre de votre grossesse, vous aurez besoin d'environ 300 calories supplémentaires. Vous pouvez répondre à ce besoin facilement en mangeant deux ou trois portions recommandées par le Guide alimentaire en plus chaque jour. Par exemple, mangez une tranche additionnelle de pain au blé entier le matin et un yogourt accompagné d'un fruit pour votre collation. D'autre part, il est important que vous consommiez au moins 150 g (soit deux portions) de poisson cuit chaque semaine, car le poisson contient des oméga-3 et d'autres éléments nutritifs essentiels durant la grossesse. Choisissez plus souvent des poissons gras, comme le saumon, la truite, le maquereau, les sardines et le hareng. Toutes les femmes susceptibles de tomber enceintes et celles qui le sont déjà devraient prendre chaque jour une multivitamine contenant 0,4 mg d'acide folique pour aider à prévenir les anomalies congénitales graves, ainsi que 16 à 20 mg de fer afin de répondre à leurs besoins accrus. En mangeant sainement, vous aiderez votre bébé à prendre un bon départ dans la vie!

Pour obtenir de plus amples renseignements sur la caféine et sur le mercure dans le poisson, ainsi que des conseils sur la salubrité des aliments durant la grossesse, veuillez consulter un diététiste du Manitoba en appelant le Service de consultation de diététistes. Vous pouvez joindre ce service en composant le 204 788-8248 (à Winnipeg) ou le 1 877 830-2892 (sans frais).

-- Le site Zone des Parents du Manitoba tient à remercier le Service de consultation de diététistes pour sa contribution à cette réponse.

Haut de page


9. Le lait de vache est-il un choix santé? On m'a dit que le lait de vache était plein d'hormones et d'antibiotiques.

Ce n'est pas vrai. Le lait canadien respecte des normes gouvernementales strictes, ce qui en fait un aliment sûr et sain. Les producteurs laitiers du Canada fournissent le meilleur régime alimentaire et les meilleurs soins à leurs vaches pour qu'elles puissent produire naturellement du lait de qualité. Les hormones de croissance qui stimulent la production de lait ne sont pas approuvées à des fins de vente et leur utilisation n'est pas autorisée au Canada. Tout comme les humains, les vaches sont parfois malades et doivent prendre des médicaments comme des antibiotiques. Lorsque cela arrive, la collecte du lait des vaches affectées se fait séparément jusqu'à ce qu'elles soient rétablies. Leur lait est éliminé de manière appropriée pendant une période de temps obligatoire, le temps que les médicaments soient évacués de leur système. Qu'il soit biologique ou pas, le lait demeure un choix nutritif sûr.

Source : Les diététistes du Canada.

Pour toute question sur les bonnes habitudes alimentaires, communiquez avec le Service de consultation de diététistes afin de parler avec un diététiste agréé du Manitoba, en composant le 204 788 8248 à Winnipeg ou, sans frais, le 1 877 830 2892.

-- Le site Zone des Parents du Manitoba tient à remercier le Service de consultation de diététistes pour sa contribution à cette réponse.

Haut de page


10. Comment préparer des aliments pour mon bébé?

Il n'y a pas de meilleure façon de nourrir votre bébé que de préparer vous-même ses aliments. Préparer des aliments pour votre bébé vous permet de lui offrir des textures qui conviennent parfaitement à ses capacités et à ses besoins personnels. Il est facile de préparer des aliments en les écrasant à l'aide d'une fourchette ou d'un pilon à purée ou au moyen d'un hachoir ou d'un mélangeur peu coûteux.

Vous pouvez toujours acheter des aliments pour bébés du commerce, mais ce n'est pas nécessaire. Si vous cherchez une solution pratique, achetez des légumes surgelés ou en conserve sans sel ajouté et des fruits surgelés ou en conserve sans sucre ajouté.

Préparation des viandes et des volailles

Ingrédients :

  • 250 g (1/2 lb) de viande ou de volaille maigre
  • Eau

Comment faire :

  1. Coupez la viande ou la volaille en petits morceaux après avoir enlevé le gras, la peau et les os.
  2. Placez la viande dans une casserole, y ajoutez de l'eau et apportez-la à ébullition..
  3. Réduisez à feu doux et faites cuire la viande ou la volaille jusqu'à ce qu'elle soit tendre, de 30 ou 45 minutes environ (la viande de bœuf est cuite quand le centre n'est pas rosé; la volaille quand le jus qui s'écoule est clair). Gardez l'eau de cuisson. La viande ou la volaille peuvent également être rôties, cuites au four ou braisées.
  4. Hachez la viande ou la volaille. Ajoutez un peu de l'eau de cuisson pour éclaircir le mélange. Donnez à l'aliment une texture qui convient à votre bébé.
  5. Vous pouvez conserver au réfrigérateur des aliments préparés dans un récipient fermé pendant un maximum de 24 h. Vous pouvez aussi congeler les restes dans un récipient fermé.

Préparation du poisson

Ingrédients :

  • 250 g (1/2 lb) de filets de poisson sans arêtes, comme de l'achigan, de la sole, de la morue, de la perche, de l'aiglefin ou du doré
  • 125 ml (1/2 tasse) de lait maternel ou de préparation pour nourrissons enrichie de fer (vous pouvez utiliser du lait de vache entier si votre bébé a au moins neuf mois)

Comment faire :

  1. Versez le lait ou la préparation pour nourrissons dans une grande poêle à frire ou une casserole. Faites-le chauffer à feu doux sans le porter à ébullition.
  2. Ajoutez les filets de poisson dans le lait. Couvrez et laissez cuire à feu doux de 5 à 10 minutes ou jusqu'à ce que le poisson s'effrite facilement avec une fourchette. Si vous utilisez un four micro-ondes, placez les filets et le lait ou la préparation pour nourrissons dans un bol qui convient aux micro-ondes. Chauffez à la puissance maximale jusqu'à ce que le poisson s'effrite facilement avec une fourchette (le temps de cuisson peut varier). Les filets de poisson peuvent également être rôtis, cuits au four ou braisés.
  3. Émiettez le poisson avec une fourchette.
  4. Vous pouvez conserver les restes au réfrigérateur dans un récipient fermé pendant un maximum de 24 h. Vous pouvez aussi les congeler dans un récipient fermé.

Préparation des légumineuses

Ingrédients :

  • 250 ml (1 tasse) de égumineuses cuites (préparées selon le mode d'emploi sur l'emballage) ou
  • 1 boîte (19 oz/540 ml) de légumineuses en conserve

Comment faire :

  1. Si vous utilisez des légumineuses sèches, préparez-les selon le mode d'emploi sur l'emballage.
  2. Si vous utilisez des légumineuses en conserve, égouttez-les et rincez-les bien. Elles sont déjà cuites.
  3. Donnez à l'aliment une texture qui convient à votre bébé. Ajoutez un peu d'eau pour le rendre plus liquide.
  4. Vous pouvez conserver les restes au réfrigérateur dans un récipient fermé pendant un maximum de deux jours. Vous pouvez aussi les congeler dans un récipient fermé.

Préparation des légumes

Ingrédients :

  • Environ 250 ml (1 tasse) de légumes frais ou surgelés (par exemple, carottes, petits pois, haricots verts ou jaunes, courges, pommes de terre et patates douces)
  • Environ 125 ml (1/2 tasse) d'eau

Comment faire :

  1. Lavez, pelez et tranchez des légumes frais ou prenez des légumes surgelés (ils n'ont pas à être décongelés avant d'être cuits).
  2. Mettez les légumes dans une casserole d'eau bouillante, couvrez-les et faites-les cuire jusqu'à ce qu'ils soient tendres. Si vous utilisez un four micro-ondes, mettez les légumes dans un bol qui convient aux micro-ondes et faites-les cuire à la puissance maximale jusqu'à ce qu'ils soient tendres.
  3. Égouttez les légumes et gardez l'eau de cuisson. Vous pouvez l'utiliser si vous devez ajouter de l'eau aux légumes.
  4. Donnez à l'aliment une texture qui convient à votre bébé. Ajoutez de l'eau de cuisson si vous pensez que les légumes ont besoin de plus de liquide.
  5. Vous pouvez conserver les restes au réfrigérateur dans un récipient fermé pendant un maximum de deux jours. Vous pouvez aussi les congeler.

Préparation des fruits

Ingrédients :

  • Deux ou trois fruits frais de taille moyenne (par exemple, pommes, poires, pêches ou prunes) ou environ une tasse (250 ml) de fruits surgelés (sans sucre ajouté)
  • Environ de 4 à 6 cuillères à table d'eau

Comment faire :

  1. Lavez les fruits frais. Pelez-les, enlevez le cœur ou le noyau, puis tranchez-les.
  2. Placez les fruits (frais ou surgelés) dans une casserole, ajoutez de l'eau, puis faites-les cuire jusqu'à ce qu'ils soient tendres. N'enlevez pas l'eau.
  3. Donnez à l'aliment une texture qui convient à votre bébé.
  4. Vous pouvez conserver les restes de fruits au réfrigérateur dans un récipient fermé pendant un maximum de deux jours. Vous pouvez aussi les congeler.

Remarque :

Vous n'avez pas besoin de faire cuire les fruits mous et mûrs comme les bananes, les mangues, les papayes, les avocats et les fruits en conserve (sans sucre ajouté).

Textures

À mesure que votre bébé grandit, il est important de lui donner des aliments ayant des textures de plus en plus variées. Ce faisant, il apprendra à mâcher et à avaler des aliments de textures différentes.

Lignes directrices générales :

  • Dès 6 mois – Commencez à lui donner des aliments en purée. Petit à petit, vous pouvez introduire des aliments écrasés et lisses.
  • De 7 à 8 mois – Continuez à lui donner des aliments écrasés. Ajoutez des aliments émincés et râpés au fur et à mesure que votre bébé apprend à mâcher et à avaler.
  • De 9 à 12 mois – Continuez à lui donner des aliments émincés ou râpés. Introduisez petit à petit des aliments coupés en dés ou en cubes.

Références : L'alimentation du bébé – Les aliments solides – mars 2010 (en cours de révision)

Pour toute question sur les bonnes habitudes alimentaires, composez le numéro du Service de consultation de diététistes afin de parler avec un diététiste agréé au Manitoba.

-- Le site Zone des Parents du Manitoba tient à remercier le Service de consultation de diététistes pour sa contribution à cette réponse.

Haut de page


11. Les fruits et les légumes frais sont parfois coûteux en hiver. Comment faire pour s'en procurer à moindres frais?

Des études répétées montrent que la consommation de plusieurs types de légumes et de fruits peut améliorer la santé et réduire les risques de maladies du cœur ainsi que de certains cancers. Dans la brochure Bien manger avec le Guide alimentaire canadien, il est indiqué que nous devrions tous consommer toute une gamme de légumes et de fruits chaque jour. Il est vrai cependant que certains de ces produits peuvent coûter plus cher en hiver.

Faites des économies en achetant des légumes et des fruits frais de saison. En plus de votre récolte personnelle, vous pouvez vous approvisionner dans de nombreux marchés fermiers et fermes d'autocueillette, puis congeler les produits pour les utiliser pendant l'hiver. Lorsque la saison des fruits et des légumes est passée, les produits surgelés et en conserve sont une solution de remplacement économique et pratique. Les fruits et légumes surgelés peuvent être tout aussi nutritifs que les fruits et légumes frais. Choisissez les produits conservés au naturel, sans ajout de sauce ou d'assaisonnement; ils coûtent moins cher et contiennent moins de gras, de sel et de sucre. Les légumes et les fruits en conserve peuvent aussi contribuer à une saine alimentation. Choisissez les légumes en conserve pauvres en sodium ou égouttez et rincez le contenu des boîtes pour réduire la quantité de sel. Achetez les boîtes de fruits conservés dans l'eau ou dans leur jus plutôt que dans du sirop. Pour faire des économies, achetez les produits surgelés ou les boîtes de conserve en promotion. Les produits « sans nom » et ceux vendus sous le nom du magasin sont généralement moins chers.

Apprenez à apprécier la gamme des couleurs, des goûts et des textures offerte dans ce groupe alimentaire. Incluez des légumes et des fruits à chaque repas et collation pour vous assurer de manger la quantité de ces produits dont vous avez besoin chaque jour..

Pour toute question sur les bonnes habitudes alimentaires, composez le numéro du Service de consultation de diététistes afin de parler avec un diététiste agréé au Manitoba.

-- Le site Zone des Parents du Manitoba tient à remercier le Service de consultation de diététistes pour sa contribution à cette réponse.

Haut de page


12. En tant que parent que devrais-je dire ou ne pas dire pour que mon enfant soit encouragé à manger sainement.

Les gens viennent dans différentes formes et tailles. Il est important que votre enfant ait une relation saine avec la nourriture et qu’il grandisse en se sentant bien dans son corps. Les parents, en plus de fournir des aliments sains à leurs enfants, doivent les aider à écouter leur corps, à manger lorsqu’ils ont faim (quand cela est possible), à consommer la quantité et la qualité de nourriture nécessaires, et à ne pas sauter des repas.

10 choses à dire pour aider votre enfant à manger correctement.

  1. « As-tu faim? »
  2. « Puis-je te préparer une collation? Ou veux-tu la faire toi-même? »
  3. « Est-ce que tu avais faim dans le courant de la matinée aujourd’hui? »
  4. « As-tu pris une collation à manger avant ton entraînement de basketball? »
  5. « Qu’as-tu mangé à l’école ce midi?
  6. « As-tu aimé la nourriture que j’ai / nous avons préparé pour ta collation? »
  7. « Quels vrais aliments aimerais-tu que j’achète / nous achetions à l’épicerie pour toi? »
  8. « Quels sont tes cinq repas / collations préférés? »
  9. « Qu’est-ce tu veux dire…’Tu n’as pas eu le temps de manger à midi’? »
  10. « Préparons le souper ensemble! »

10 choses à ne jamais dire à votre enfant

  1. « Comment peux-tu avoir encore faim, tu as eu une collation il y a une heure? »
  2. « Ne mange pas ça maintenant, c’est presque l’heure du souper. »
  3. « Si tu avais fini ton dîner, tu n’aurais pas faim maintenant. »
  4. « Je n’ai jamais mangé de déjeuner quand j’étais petit et je suis devenu grand et fort. »
  5. « On n’a plus le temps de manger. Il faut qu’on s’en aille. »
  6. « Tu ne peux quitter la table sans manger tout ce qui est dans ton assiette. »
  7. « Sally est énorme. Elle a besoin de se mettre au régime et de perdre du poids. » "
  8. « Il faut que tu arrêtes de manger après l’école. Est-ce que tu veux finir comme moi? »
  9. « Mange un peu plus. C’est ton plat favori. »
  10. « Tu ne peux pas avoir déjà assez mangé! Tu n’as presque rien avalé. »

Pour plus d’information : http://www.childnutritioncouncil.com/healthy_eating_children5-11.pdf (en anglais seulement)

Adapté de : Jean Antonello, RN, BSN, auteure du livre Naturally Thin Kids: How to Protect Your Kids from Obesity and Eating Disorders for Life

-- Le site www.zonedesparentsdumanitoba.ca tient à remercier le Service de consultation de diététistes de l'avoir aidé à répondre à cette question.

Haut de page


13. Préparer des repas à la maison prend bien trop de temps. Comment faire pour avoir un repas sain sur la table plus rapidement?

Offrir à votre famille un repas sain préparé à la maison ne prend pas autant de temps que vous ne le pensez. Vous pouvez préparer de bons repas à partir d'aliments simples et nutritifs et le fait de planifier vos repas à l'avance vous permettra d'utiliser votre temps judicieusement.

Comment procéder :

  • Demandez à tous les membres de la famille d'y participer – donnez une tâche à chacun.
  • Planifiez vos repas. Cela pourra prendre un peu de temps au début, mais cela vous fera gagner du temps à la longue. Tenez compte de votre emploi du temps en planifiant vos repas (p. ex., prévoyez quelque chose de simple les soirs où vous êtes très occupé).
  • Faites votre épicerie une fois par semaine en utilisant votre planificateur de repas comme guide.
  • Préparez de grandes quantités de nourriture les fins de semaine pour pouvoir congeler de petites portions que vous pourriez décongeler les soirs où vous n'avez pas beaucoup de temps. Les casseroles, le chili, la soupe et les muffins se congèlent tous bien.
  • Faites cuire une plus grande quantité de nourriture pour pouvoir utiliser les restants un autre jour (p. ex., faites cuire plus de riz un soir à utiliser un ou deux jours plus tard dans une autre recette).
  • Utilisez des aliments prêts-à-servir sains comme des brochettes de viandes fraîches pré coupées, du poisson ou des haricots en boîte (rincez-les suffisamment pour éliminer une partie du sodium) ou des légumes prélavés et prêts à consommer.
  • Utilisez des appareils ménagers conçus pour vous faire gagner du temps (p.ex., mijoteuse, cuiseur à riz, grille-pain four, etc.).

Pour obtenir d'autres conseils pour économiser du temps, visitez le site Web à : Les diététistes du Canada – Des idées de repas simples et faciles pour votre famille

-- Le site Zone des Parents du Manitoba tient à remercier le Service de consultation de diététistes de l'avoir aidé à répondre à cette question.

Haut de page


14. Je cherche des conseils pratiques pour habituer mon enfant de deux ans et demi à se passer de son biberon la nuit.

Sevrer son enfant du biberon peut s'avérer difficile mais les avantages en valent la peine. Parmi ces avantages, citons :

  • un plus grand appétit – certains enfants buvant au biberon consomment plus de liquides qu'il ne le faudrait, ce qui peut réduire leur appétit;
  • moins de problèmes dentaires – les biberons contenant du lait ou du jus peuvent nuire à la santé dentaire, car le liquide reste dans la bouche de l'enfant et les sucres qu'il contient peuvent causer des caries.

Le sevrage peut être un processus difficile, quel que soit l'âge. Mais cela peut se révéler encore plus difficile durant la « terrible étape des deux ans ». Pour relever ce défi, il vous faudra faire preuve de patience, de détermination et d'un peu de persuasion amicale. Il existe deux méthodes différentes pour habituer votre enfant à se passer de son biberon : le sevrage immédiat et le sevrage progressif. Veillez à ce que toutes les personnes qui s'occupent de l'enfant soient d'accord pour suivre votre plan. Quelle que soit la méthode utilisée, vous pouvez parfois motiver votre enfant en lui promettant un petit cadeau. Dites-lui que, s'il arrête de boire au biberon, il aura une petite récompense. Il peut s'agir d'une visite au zoo, d'un jouet ou d'un nouveau livre. Ne lui offrez rien d'extravagant, juste un petit cadeau qui le convaincra que cela en vaut la peine.

Sevrage immédiat

Cette méthode peut s'avérer efficace chez les enfants qui ont bon caractère, qui s'adaptent bien aux transitions, qui savent utiliser un verre et qui réagissent aux changements d'une manière calme.

Conseils :

  • choisissez un jour qui commence bien;
  • faites beaucoup de compliments à votre enfant, félicitez-le et dites-lui qu'il est grand maintenant;
  • demandez-lui de vous aider à jeter les biberons (gardez-en peut-être un en guise de jouet);
  • accordez-lui plus de temps et d'attention. Vous pouvez le serrer un peu plus dans vos bras pour lui apporter le réconfort que lui procure normalement son biberon;
  • s'il commence à le réclamer, proposez-lui un biberon d'eau (pas de lait, ni de jus);
  • attendez-vous à ce qu'il soit plus grincheux et plus sensible que d'habitude.

Sevrage progressif

  • proposez-lui de boire dans un verre et de manger une collation avant qu'il commence à réclamer son biberon. Le ventre plein, votre enfant se sentira peut-être rassasié;
  • rendez la routine du biberon moins attrayante en la modifiant. Changez la manière dont il boit son biberon, faites-le s'asseoir, sur vos genoux par exemple;
  • réduisez progressivement le nombre de biberons, jusqu'à arriver à un biberon par jour;
  • veillez à ce que la routine du coucher soit réconfortante. Donnez-lui un encas et un verre de lait (avant le brossage des dents), faites-lui prendre son bain et lisez-lui des histoires qui le calmeront;
  • à l'heure du coucher, ne lui proposez pas le biberon automatiquement. S'il le réclame, offrez-lui plutôt un verre d'eau;
  • refusez de lui donner un biberon de lait et restez ferme. À la place, proposez-lui un biberon d'eau;
  • attendez-vous à ce que votre enfant soit de mauvaise humeur et ne se sente pas en forme;
  • au lieu du biberon, donnez-lui un ours en peluche, une poupée ou une couverture pour le réconforter.

-- Le site Zone des Parents du Manitoba tient à remercier Health Links – Info Santé de sa contribution à cette réponse.

Haut de page


15. Combien de bonbons mon enfant devrait-il manger à l'Halloween?

Comme l'écrit Ellyn Satter dans son livre Your Child's Weight: Helping Without Harming, les bonbons d'Halloween constituent une occasion d'apprentissage. L'objet est d'amener les enfants à apprendre à gérer leur propre butin de bonbons. Satter conseille de laisser les enfants étaler et trier toutes leurs friandises à leur retour à la maison le soir de l'Halloween, et de les laisser en manger autant qu'ils en veulent ce soir-là. Même chose le lendemain. Ensuite, demandez aux enfants de mettre leurs bonbons de côté et limitez leur consommation aux repas et aux collations : quelques bonbons comme dessert à la fin du repas, et autant qu'ils en veulent lors de leur collation.

Si l'enfant peut suivre les règles, il demeure maître de sa provision de bonbons. Sinon, les parents la confisquent et se chargent de la distribution, mais il est entendu que l'enfant pourra la récupérer dès qu'il réussit à la gérer conformément aux règles. Maintenez la structure des repas et des collations assises, en conservant votre rôle de décideur pour ce qui est du reste des aliments servis à table. Avec ce genre de structure, les bonbons ne gâcheront pas l'appétit d'un enfant. Les enfants accepteront peut-être même de partager quelques bonbons avec leurs parents et leurs frères et sœurs ou d'en mettre de côté pour la maison en pain d'épice qui sera fabriquée le mois prochain.

i vous êtes encore inquiet de la quantité de bonbons qui sont mangés lors de cette fête, donnez l'exemple en distribuant des gâteries qui ne sont pas des bonbons, en mangeant vous-même des friandises avec modération et en étant active – même après être allée de porte à porte à pied pour collecter le butin. Certains dentistes et orthodontistes ont des programmes de « rachat » qui offrent de l'argent aux enfants pour chaque livre de bonbons qu'ils leur remettent. Prendre soin de ses dents est une bonne idée à tout moment de l'année!

-- ManitobaParentZone.ca remercie Dial-a-Dietitian pour la réponse à cette question.

Haut de page


16. Mon adolescent demande à devenir végétarien, alors que nous ne le sommes pas chez nous. Que devrais-je faire?

Les gens choisissent de devenir végétariens pour diverses raisons, y compris des raisons personnelles, éthiques, religieuses, culturelles et de santé. Qu'est-ce qui motive la demande de votre enfant?

Le style de vie végétarien peut offrir des avantages tels qu'une consommation réduite de gras saturés, une consommation accrue de fibres, et de la plupart des vitamines et des minéraux, ainsi qu'une incidence réduite de maladies chroniques. Cependant, comme tout le monde, les végétariens peuvent eux aussi faire de mauvais choix alimentaires. Un régime végétarien mal équilibré peut être pauvre en protéines, en fer, en calcium, en vitamine D et en d'autres éléments. D'où l'importance de planifier un régime végétarien équilibré en suivant le Guide alimentaire canadien et en incluant une grande variété de légumineuses telles que les fèves, les petits pois et les lentilles, ainsi que des noix et des graines, des grains entiers et des fruits et des légumes. Les légumineuses contiennent des quantités importantes de protéines dont tout le monde a besoin, surtout les adolescents. Les végétariens dits ovo-lacto choisissent de continuer à manger des œufs et des produits laitiers à faible teneur en gras, qui sont eux aussi riches en protéines.

Les parents peuvent soutenir leurs jeunes végétariens en offrant un choix d'aliments sains qui remplacent tout élément nutritif perdu. Il existe beaucoup d'aliments qui peuvent remplacer la viande et les produits laitiers. Les aliments et les succédanés de viande faits à partir de soja, de protéines de blé et d'autres sources végétales peuvent remplacer les produits carnés et être facilement incorporés dans un repas de famille. Le tofu et le tempeh constituent une autre bonne source de protéines et peuvent être utilisés dans des pâtes, des sautés et même dans des boissons fouettées et des desserts. Certains succédanés de viande imitent des viandes froides, des saucisses et des saucissons, des hamburgers et des galettes de poulet. La protéine végétale texturée, qui se vend souvent sous le nom de « ground round », ressemble à de la viande hachée et peut être utilisée dans des Sloppy Joe, des tacos et des sauces pour pâtes. On peut utiliser des laits à base de soja, d'amandes ou de riz, aussi bien que des yogourts et des fromages à base de soja, pour remplacer les produits laitiers.

Il est important de faire participer les enfants à la planification, à l'achat et à la préparation de leurs repas et de leurs collations. De plus, les parents peuvent aussi appuyer leurs jeunes végétariens en incluant des repas sans viande que toute la famille peut déguster ensemble! Si vous voulez discuter davantage de vos besoins nutritifs ou de ceux de votre famille avec un diététiste, communiquez avec le Service de consultation de diététistes en composant le 204 788-8248 à Winnipeg ou le numéro sans frais 1 877 830-2892.

Pour obtenir plus de renseignements sur les régimes végétariens, consultez les liens suivants :

-- Le site Zone des Parents du Manitoba tient à remercier le Service de consultation de diététistes de l'avoir aidé à répondre à cette question.

Haut de page


17. Qu'est-ce qu'un régime axé sur les aliments complets et quels sont ses avantages?

La définition d'« aliment complet » varie. Certaines personnes décrivent les aliments complets comme des produits naturels, ou encore des produits non transformés et non raffinés, alors que d'autres incluent également des aliments qui sont transformés ou raffinés, mais à un degré minimum. Malgré cela, et de manière générale, les aliments complets sont essentiellement des aliments qui sont aussi proches que possible de leur forme naturelle. Les aliments complets ne contiennent typiquement pas d'ingrédients ajoutés comme des matières grasses, du sel ou du sucre. Les aliments complets peuvent aider à nourrir le corps efficacement, du fait qu'ils contiennent encore des éléments nutritifs comme des fibres, des vitamines, des minéraux et des substances phytochimiques qui sont souvent éliminés pendant les processus de transformation. Manger plus d'aliments complets peut aussi permettre de réduire les apports caloriques provenant des ajouts de matières grasses et de sucre que l'on trouve dans les aliments transformés. Voici quelquegs exemples d'aliments complets : fruits et légumes frais, grains entiers à 100 %, lait, viandes non transformées, œufs, haricots secs, noix et graines crus.

Pour augmenter votre consommation d'aliments complets, vous pouvez suivre les étapes suivantes :

  1. Utilisez le Guide alimentaire canadien pour bien manger, afin de vous aider à planifier la consommation d'aliments complets par votre famille.
  2. Évitez les aliments transformés ou mangez-en moins, car on leur ajoute souvent des matières grasses, du sucre, du sel et des additifs alimentaires.
  3. Pensez aussi aux boissons que vous consommez. Évitez de consommer des boissons édulcorées avec du sucre ou consommez-en moins. Choisissez plus souvent des jus de fruit sans ajout de sucre, de l'eau, du thé ou du lait.

-- Le site Zone des Parents du Manitoba remercie Dial-a-Dietitian pour la réponse à cette question.

Haut de page


18. Combien de lait (lait de vache ou lait maternel) mon enfant d'un an doit‑il boire chaque jour? Je veux m'assurer qu'il en consomme suffisamment.

Le lait de vache entier pasteurisé (3,25 %) peut être introduit entre 9 et 12 mois si l'enfant mange différents aliments solides suffisamment riches en fer. Lorsque l'enfant est complètement sevré du lait maternel ou pour bébé, on devrait lui offrir au moins 500 ml (2 tasses, 16 onces) de lait entier par jour, jusqu'à un maximum de 720 ml (3 tasses, 24 onces) par jour, pour assurer un apport suffisant d'aliments solides. Il est recommandé de continuer à donner du lait de vache entier jusqu'à l'âge de deux ans.

-- Le site Zone des Parents du Manitoba remercie Dial-a-Dietitian pour la réponse à cette question.

Haut de page


19. Comment encourager mon enfant d'un an à boire plus de lait de vache? Il boit dans une tasse à bec verseur et déteste les bouteilles.

Il devrait prendre au moins 500 ml (2 tasses, 16 onces) de lait de vache une fois qu'il sera complètement sevré du lait maternel ou pour bébé (moins s'il n'est pas complètement sevré). Du lait de vache entier (3,25 %) peut lui être offert tout au long de la journée en petites quantités au moment des repas et des collations dans une tasse sans couvercle. On peut aussi en incorporer dans les plats de cuisson, soupes, plats allant au four, etc. D'autres produits laitiers, comme le fromage et le yogourt, peuvent être aussi offerts en tant que composantes du groupe Lait et substituts du Guide alimentaire canadien. Gardez à l'esprit qu'il vaut mieux ne pas mettre trop de pression sur votre enfant pour le faire manger. Rappelez-vous aussi que les parents décident des types d'aliments qu'ils offriront aux enfants et du moment où ils les offriront, mais que ce sont les enfants qui doivent choisir ce qu'ils mangeront et boiront et la quantité qu'ils consommeront.

Pour toute autre question sur les bonnes habitudes alimentaires, communiquez avec le Service de consultation de diététistes afin de parler avec un diététiste agréé du Manitoba, en composant le 204 788-8248 à Winnipeg ou, sans frais, le 1 877 830-2892.

Haut de page


20. Devrais-je faire suivre à ma famille un régime alimentaire sans gluten?

Un régime sans gluten est la seule façon santé de manger pour les personnes atteintes de la maladie cœliaque ou d'une sensibilité au gluten, mais ce type de régime n'est pas nécessaire pour tout le monde. Le gluten est un type de protéine présent dans les produits céréaliers comme le blé, le seigle et l'orge. À moins que vous ayez la maladie cœliaque, une sensibilité au gluten ou une allergie à l'un de ces produits céréaliers, vous n'avez pas à les éviter. Que vous choisissiez des produits céréaliers sans gluten (comme le maïs, le riz, le millet ou le quinoa) ou non, consommer davantage de grains entiers constitue un choix santé, surtout si la moitié de vos produits céréaliers sont sous forme de grains entiers.

Source : Les diététistes du Canada – Mythe – Tout le monde devrait adopter un régime alimentaire sans gluten.

Pour toute question sur les bonnes habitudes alimentaires, communiquez avec le Service de consultation de diététistes afin de parler avec un diététiste agréé du Manitoba.

Haut de page


21. Est-ce que mon enfant devrait manger entre les repas?

Les enfants ont de petits estomacs et peuvent avoir besoin de manger souvent pendant la journée. Les collations saines sont un excellent moyen de donner à votre enfant tous les aliments nutritifs dont il a besoin pour sa croissance et son développement. Les collations peuvent constituer des apports positifs ou négatifs à l'alimentation de votre enfant selon les choix qui lui sont offerts. Utilisez Bien manger avec le Guide alimentaire canadien afin de planifier des collations saines. Choisissez des aliments provenant d'un à trois groupes alimentaires pour une collation. Il n'y a pas de définition précise de ce qu'une collation devrait être. Cependant, rappelez-vous que l'appétit de votre enfant sera votre guide ultime. La quantité de nourriture que l'enfant mangera à chaque collation dépendra de son appétit, de son niveau d'activité et de ses périodes de croissance. Encouragez votre enfant à manger sainement lorsqu'il a faim et à s'arrêter lorsqu'il n'a plus faim. N'oubliez pas qu'il revient aux parents de choisir ce que leurs enfants mangent et qu'il revient aux enfants de décider de la quantité de nourriture qu'ils mangeront et de s'ils devraient manger.

Voici quelques suggestions de collations saines :

  • des fruits frais, congelés, secs ou en conserve (sans sucre ajouté);
  • des légumes frais ou cuits légèrement;
  • du lait;
  • du fromage (y compris le fromage cottage);
  • du yogourt;
  • du pain, des petits pains, des pitas, des sandwichs roulés, des bagels à grains entiers;
  • des muffins maison;
  • des céréales à grains entiers non sucrées;
  • des craquelins à grains entiers faibles en sodium;
  • du maïs soufflé nature;
  • un mélange montagnard maison (sans arachides ou noix pour l'école ou la garderie);
  • des légumineuses ou des trempettes aux légumineuses;
  • des œufs.

Offrez surtout de l'eau avec les collations. Elle étanche la soif sans l'apport de calories inutiles ou de sucres. Le lait traditionnel et les laits végétaux (seulement après l'âge de 2 ans) sont aussi des choix sains. Si vous donnez à l'occasion du jus de fruit, utilisez du jus pur à 100 % au lieu de boissons aromatisées aux fruits, et limitez la quantité donnée à quatre onces.

Référence : Bien manger avec le Guide alimentaire canadien – Ressource à l'intention des éducateurs et communicateurs.

Pour toute question sur les bonnes habitudes alimentaires, communiquez avec le Service de consultation de diététistes afin de parler avec un diététiste agréé au Manitoba.

Haut de page


22. Mon enfant de trois ans accepte seulement de manger certains aliments. Que puis-je faire?

Un enfant peut refuser de manger une partie ou la totalité du repas familial. Si les repas sont une source de conflits, les conseils suivants aideront votre enfant à développer de meilleures habitudes alimentaires.

  • Suivez le concept de « partage des responsabilités en alimentation » d'Ellyn Satter selon lequel les parents et les enfants ont différents rôles à jouer dans l'alimentation. La responsabilité du parent consiste à décider :
    • quels aliments et boissons sont servis;
    • quand servir de la nourriture;
    • où servir de la nourriture.
    La responsabilité de l'enfant consiste à décider :
    • s'il mangera quoi que ce soit et quelle quantité d'aliments et de boissons il va manger ou boire parmi ceux qui lui sont offerts. Faites confiance à votre enfant : il sait quand il a faim ou quand il se sent rassasié.
  • Cultivez, cueillez, cuisinez et magasinez des aliments ensemble. Ainsi, votre enfant sera plus enclin à essayer de nouveaux aliments.
  • EMangez les repas et les collations à table et avec les autres membres de la famille aussi souvent que possible. Cela vous donne une occasion de montrer l'exemple en matière de saine alimentation.
  • Créez une atmosphère agréable et détendue pendant les heures des repas. Ne vous attendez pas à de bonnes manières à table pour l'instant. Laissez votre enfant manger avec ses doigts.
  • Évitez les pressions, les félicitations, les récompenses, les ruses ou les punitions. Les enfants ne mangent pas bien lorsque des pressions sont exercées sur eux pour qu'ils mangent.
  • Déterminez des heures régulières de repas et de collations. Offrez trois repas et deux ou trois collations à des heures régulières chaque jour. Ne laissez pas votre enfant manger ou grignoter pendant la journée. N'offrez que de l'eau entre les repas et les collations.
  • Ne préparez pas des repas distincts pour votre enfant. Il n'apprendra pas à manger des aliments variés si vous lui servez seulement ce qu'il aime manger. Offrez toujours un aliment que vous savez que votre enfant mangera pour éviter qu'il reste sur sa faim.
  • Ne vous découragez pas si votre enfant n'aime pas un nouvel aliment la première fois. Parfois, au moins huit essais sont nécessaires avant qu'un enfant aime un nouvel aliment.

Des outils de dépistage nutritionnel pour les tout-petits et les enfants d'âge préscolaire sont offerts sur le site suivant : www.nutritionscreen.ca/toddler/default.aspx?lang=fr.

Référence : « Les diététiciens du Canada – PEN – Feeding Your Picky Toodler or Preschooler »

Pour toute question sur les bonnes habitudes alimentaires, communiquez avec le Service de consultation de diététistes afin de parler avec un diététiste agréé au Manitoba. Vous pouvez joindre ce service en composant le 204 788-8248 (à Winnipeg) ou le 1 877 830-2892 (sans frais).

Les responsables du site Zone des Parents du Manitoba tiennent à remercier le Service de consultation de diététistes de sa contribution à cette réponse.

Haut de page


23. Comment rendre plus sains les produits de boulangerie-pâtisserie que je prépare pour mes enfants?

Vous pouvez rendre beaucoup de recettes meilleures pour la santé comme ceci :

  • Ajoutez des fibres :
    Les fibres sont des glucides qui peuvent aider nos corps à contrôler la glycémie (le taux de glucose dans le sang), à prévenir les maladies cardiaques et à améliorer la digestion. Vous pouvez augmenter votre consommation de fibres en utilisant des grains entiers (farine de blé entier, avoine), du son et des fruits frais ou secs. Remplacez jusqu'à la moitié de la farine blanche par de la farine de blé entier. Vous pouvez également remplacer jusqu'à un quart de la farine par de la graine de lin moulue.
  • Utilisez moins de matières grasses :
    Les régimes pauvres en graisses facilitent la gestion du poids, de la pression artérielle et du cholestérol. La quantité totale de matières grasses peut être réduite (sans y substituer quoi que ce soit) d'un quart à un tiers sans modifier la qualité du produit fini. Remplacez jusqu'à la moitié du gras indiqué dans la recette par de la purée de fruits ou de légumes. Par exemple, la compote de pommes non sucrée ou la purée de citrouille, de courge ou de patate douce constituent un bon substitut pour le gras dans les biscuits, les gâteaux à la carotte ou les pains aux bananes, et la purée de prunes dans les gâteaux au chocolat.
  • Utilisez moins de sucre :
    Le sucre est source de saveur sucrée, mais contient peu de nutriments. Trop de sucre peut signifier trop de calories et rapidement faire monter la glycémie chez les personnes atteintes de diabète. Par conséquent, en utilisant moins de sucre, vous prenez soin de votre santé, et le produit fini sera quand même assez bon et sucré pour faire plaisir. Réduisez la quantité de sucre d'un quart ou d'un tiers (sans y substituer quoi que ce soit), ou utilisez des extraits (vanille, amande, érable, etc.). Vous pouvez également ajouter des épices « douces » comme la cannelle, la noix de muscade ou le gingembre.
  • Utilisez moins de sel :
    On ajoute du sel aux produits de boulangerie-pâtisserie pour favoriser le mélange des saveurs et pour que le produit dore bien. Certaines recettes indiquent d'ajouter de petites quantités de sel (une demi-cuillère à thé pour la recette entière). Il y a aussi un peu de sel dans le beurre, la margarine, la levure chimique et le bicarbonate de soude. En général, on ne se préoccupe pas du sel dans les produits de boulangerie-pâtisserie faits maison, car les quantités utilisées sont minimes.

Pour toute question sur les bonnes habitudes alimentaires, communiquez avec le Service de consultation de diététistes afin de parler avec un diététiste agréé au Manitoba. Vous pouvez joindre ce service en composant le 204 788-8248 (à Winnipeg) ou le 1 877 830-2892 (sans frais).

Les responsables du site Zone des Parents du Manitoba tiennent à remercier le Service de consultation de diététistes de sa contribution à cette réponse.

Haut de page


24. Que faire pour que mes enfants mangent leurs légumes?

La plainte la plus courante au sujet de l'alimentation est la suivante : « mes enfants refusent de manger leurs légumes ». Bien qu'il soit parfois difficile de faire en sorte que les enfants mangent des fruits et des légumes, n'oubliez pas qu'il s'agit des aliments les plus importants que votre enfant peut apprendre à manger afin d'avoir un poids santé et de prévenir les maladies. Comment faire? Présentez une grande variété de fruits et de légumes à votre enfant – le plus tôt le mieux. Servez-en souvent. Les enfants ont besoin d'être exposés et, idéalement, de goûter à un nouvel aliment de 10 à 15 fois avant de l'accepter. Les parents abandonnent souvent après moins de trois fois. Quels autres moyens fonctionnent? Donnez-les à vos enfants au moment où ils ont le plus faim. Tranchez-les et coupez-les en dés. Il se peut qu'un enfant refuse de manger une poire entière, mais qu'il déguste une poire tranchée avec plaisir. Servez les légumes crus, seuls ou avec une trempette. Faites des boissons fouettées maison. Le goût est important : il est acceptable de mettre un peu de sauce au fromage sur le brocoli ou de servir des carottes glacées au miel. Rendez visite à des marchés de producteurs ou à des fermes d'autocueillette en famille. Le plus important, c'est de ne pas abandonner!

Référence : Liz Pearson – Top 10 Things Every Parent Needs to Know About Feeding Their Kids (en anglais seulement)

Pour toute question sur les bonnes habitudes alimentaires, communiquez avec le Service de consultation de diététistes afin de parler avec un diététiste du Manitoba.

Haut de page


25. Quels types d'aliments dois-je inclure dans le repas du midi de mon enfant?

Donnez des aliments naturels à vos enfants. Privilégiez les aliments riches en éléments nutritifs pour bien nourrir vos enfants en pleine croissance. Cela comprend les fruits, les légumes, les noix, les haricots, le lait, la viande, le poisson et les produits faits de grains entiers à 100 %. Il est important de manger de vrais aliments, dont l'état est aussi naturel que possible. Il est tellement plus bénéfique de manger une pomme qu'un pot de compote. Les parents achètent des roulés aux fruits dans l'espoir qu'ils contiennent une portion de fruits. Ce n'est généralement pas le cas. Commencez par donner de la bonne nourriture à vos enfants. Si vous décidez d'acheter des aliments transformés, apprenez à lire les étiquettes des produits. Au moins, vous pourrez choisir des aliments contenant moins de sodium, de sucre et de matières grasses mauvaises pour la santé, et plus riches en fibres, en vitamines et en minéraux, des éléments nutritifs qui favoriseront véritablement la capacité de penser, la croissance et la santé de votre enfant.

Référence : Top 10 Things Every Parent Needs to Know About Feeding Their Kids (en anglais seulement) – Liz Pearson, diététiste

Pour toute question sur les bonnes habitudes alimentaires, communiquez avec le Service de consultation de diététistes afin de parler avec un diététiste agréé du Manitoba.

Haut de page


26. J'ai besoin d'aide! J'ai besoin de supprimer les tétées que mon bébé de 10 mois et demi prend en cours d'après-midi (elle tête deux fois en après-midi, après chaque sieste) car je dois bientôt retourner au travail. Le problème, c'est qu'elle n'a jamais pris de bouteille (de biberon) et ne veut pas boire avec une tasse – J'ai essayé toutes les sortes de bouteilles, tétines, tasses et bec verseur qu'on peut trouver! Elle accepte seulement de boire de sa tasse au repas. Comment est-ce que je peux lui donner un supplément à une tétée si elle refuse de boire de toute autre manière que ce soit? J'ai peur qu'elle se déshydrate ou devienne affamée entre les repas sans sa tétée. Je n'ai aucune idée sur ce qu'il faut faire lorsqu'elle refuse ainsi de boire de toute autre façon. Merci d'avance pour votre aide!

Retourner au travail peut être une période stressante pour les mères. Certaines femmes sèvrent complètement leur enfant, d'autres les sèvrent partiellement et d'autres encore sont en mesure de continuer avec leur routine d'allaitement après leur retour au travail. Quelle que soit votre situation, vous pouvez bénéficier d'un soutien pour vous aider à effectuer cette transition et retourner au travail.

DPendant le processus de sevrage et au fur et à mesure que l'allaitement maternel diminue, les enfants vont commencer à avoir faim et à montrer plus d'intérêt pour les aliments solides. Étant donné que vous voulez couper l'allaitement autour de l'heure de la sieste, pourquoi ne pas offrir un peu de nourriture et du lait dans une tasse en guise de collation, soit avant, soit après la sieste? À 10 mois, avoir trois repas et deux collations par jour est normal. Voici quelques exemples de collations que vous pouvez essayer :

  • de la compote de pommes ou de l'avocat écrasé sur des tranches de pain complet grillé ou une crêpe ou un muffin avec du lait;
  • un demi-bagel avec du beurre d'arachide ou du beurre de pois et des tranches de bananes avec du lait;
  • des céréales pour enfants en bas âge enrichies en fer ou de l'orge cuite, avec des baies par dessus et du yogourt;
  • des petits cubes de fromage cheddar et des fruits, comme des baies ou du melon, ou des légumes, comme du concombre ou des tomates, coupés en morceaux.

Sevrage

Le sevrage peut être soit naturel (dirigé par l'enfant), soit planifié (dirigé par la mère). Le sevrage naturel ou « sevrage dirigé par l'enfant » se produit lorsque votre bébé commence à accepter plus d'aliments solides, tant en quantité qu'en variété, alors qu'il continue à allaiter sur demande. Dans ce type de sevrage, vous observez les signes que vous donne votre bébé et vous effectuez le sevrage à son rythme. Les bébés qui se sèvrent naturellement cessent généralement l'allaitement de manière complète entre deux et quatre ans.

Le sevrage planifié ou « sevrage dirigé par la mère » se produit lorsque les mères décident de commencer le processus de sevrage.

Un « sevrage partiel » veut dire qu'on substitue un ou plusieurs allaitements par du lait dans une tasse ou une bouteille (biberon), mais qu'on continue l'allaitement le reste du temps. Cela peut bien fonctionner si vous retournez au travail ou reprenez des études, mais que vous voulez continuer d'allaiter. Les séances d'allaitement du matin, de la soirée et de la nuit peuvent continuer, même si vous êtes séparée de votre bébé pendant la journée.

Votre expérience du sevrage dépend de vous et de votre bébé. Essayez chaque fois que possible de suivre les signes que vous donne votre bébé. Si vous avez l'impression que votre bébé ne prend pas, selon vous, assez d'aliments solides ou liquides, consultez votre fournisseur de soins primaires.

Lorsque vous et votre bébé êtes prêts pour le sevrage, il y a plusieurs choses qui peuvent aider à faire du sevrage une expérience positive pour vous deux :

  • Il est plus facile, pour vous et pour votre bébé, de faire un sevrage graduel, sur plusieurs semaines ou mois, voire sur une période encore plus longue. Un sevrage soudain et abrupt ne devrait être envisagé que dans des circonstances extrêmes, comme en cas de maladie de la mère.
  • Commencez par substituer un seul allaitement par jour. Lorsque la première substitution est bien établie, substituez une autre période d'allaitement et ainsi de suite.
  • Continuez ainsi, un allaitement à la fois. La vitesse à laquelle procéder dépend de vous et de votre bébé, mais en général, plus vous allez lentement, mieux c'est.
  • Quelqu'un d'autre, comme le père de votre enfant, pourrait devoir offrir l'aliment de substitution à votre bébé pour qu'il l'accepte. Vous pouvez commencer avec un liquide (comme votre lait, que vous aurez exprimé à l'avance) dans une bouteille (biberon) ou une tasse ou par un aliment complémentaire lorsque votre enfant aura environ 6 mois.
  • Faites attention aux signes que donne votre bébé. Elle vous indiquera quand elle en aura eu assez.
  • Tenez votre bébé dans vos bras et câlinez-le si vous lui donnez une bouteille (biberon). Cette proximité vous aidera tous les deux pendant le processus de sevrage. Ne laissez pas votre bébé boire seul, en calant sa bouteille (biberon) pour qu'elle tienne toute seule. Votre bébé pourrait s'étouffer et cela cause des caries infantiles.
  • Faites attention aux signes que vous donnez à votre bébé. Si vous vous asseyez dans la chaise où vous avez l'habitude de l'allaiter, il est probable qu'il voudra être allaité.

Pendant cette période, votre enfant aura peut-être besoin de plus d'affection et d'attention. Plus important encore, ne vous découragez pas et soyez patiente. Votre enfant sait quand il a faim et quand il a assez mangé. N'ayez aucun doute à ce sujet. Si vous lui fournissez des repas et des collations, il fera sa part du travail et mangera les quantités dont il a besoin. Essayer de forcer un enfant à boire du lait (ou à manger de la nourriture) ou essayer de le convaincre à le faire ne marche généralement pas.

Comment dois-je prendre soin de mes seins lorsque je commence le sevrage?

  • Si vos seins sont douloureux pendant le sevrage, essayez d'exprimer un peu de lait. Des médicaments contre la douleur vendus sans ordonnance comme de l'acétaminophène (paracétamol) ou de l'ibuprofène peuvent vous aider. Des compresses d'eau froide ou des sachets réfrigérants peuvent également vous apporter un certain confort.
  • Ne bandez jamais vos seins lorsque vous êtes en train de sevrer votre enfant, et ne diminuez pas non plus votre consommation d'eau.
  • Vérifiez vos seins régulièrement pour vous assurer que vous n'avez pas de canaux lactifères en train de se bloquer. Si vous avez une zone du sein sensible et dure (de la taille d'un petit pois) vous avez probablement un canal lactifère bloqué.
  • Parfois, vous pouvez débloquer le canal en massant doucement ou en appuyant légèrement sur la zone. Si cela est douloureux, consultez votre docteur ou votre conseillère en allaitement. Cela risque plus de se produire si vous faites un sevrage abrupt.

Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec Health Links – Info Santé au 204 788-8667 OU au 1 888 315-9257 (sans frais), avec votre infirmière de la santé publique ou avec votre fournisseur de soins primaires. Pour plus de renseignements sur l'alimentation de votre bébé, communiquez avec le Service de consultation de diététistes au 204 788-8248 ou au 1 877 830-2892.

Les responsables du site Zone des Parents du Manitoba remercient Health Links – Info Santé de les avoir aidés à répondre à cette question.

Haut de page


27. Comment puis-je rendre plus saines les fêtes organisées par mon enfant à Noël?

Offrez une fête santé. Mettez l’accent sur les aliments nutritifs et sur le plaisir, pas sur les gâteaux, les biscuits et les bonbons qui regorgent de sucre.

  • Variez le menu. Des mini-bagels ou du pain naan à grains entiers, servis avec du thon ou des viandes de charcuterie à teneur en sodium réduite comme la dinde, le poulet ou le jambon, sont d’excellents choix. Préparez des tacos avec du bœuf haché maigre ou du poulet déchiqueté, des tomates en dés, des poivrons verts, du fromage râpé, etc. et laissez les enfants les assembler.
  • Offrez des versions saines des aliments favoris. Si vous servez de la pizza, choisissez une croûte mince aux grains entiers et garnissez-la principalement de légumes, au lieu d’offrir une pizza à croûte épaisse avec double fromage et pepperoni. Servez des hot-dogs au poulet, à la dinde ou végétariens plutôt qu’au bœuf.
  • Servez plus de légumes. Vous serez étonné de voir combien d’enfants prendront des crudités avec de la trempette en plus de tout ce que vous leur servirez. Offrez un plateau de tranches de concombre, de mini-carottes, de tomates raisins et de rondelles de poivron que les enfants pourront grignoter pendant la fête au lieu de manger des bonbons et des croustilles. Vous pouvez aussi préparer un buffet de salades. Les enfants auront beaucoup de plaisir à y choisir leurs ingrédients favoris.
  • Servez des fruits en collation. Les fruits frais peuvent servir de collation ou de dessert rafraîchissant à la fin d’une fête bourrée d’activités. Les fraises et le melon sont délicieux, seuls ou trempés dans le yogourt à la vanille. Pour un vrai régal aux fruits, faites vos propres bananes congelées enrobées de chocolat. 
  • Préparez un gâteau sain pour le cœur. Au lieu d’acheter un gâteau riche en matières grasses, essayez d’en préparer un vous-même en utilisant des ingrédients sains comme la farine de blé entier et les huiles non saturées. 
  • Préparez un comptoir à coupes glacées. Donnez une boule de yogourt glacée dans une petite coupe à chaque enfant. Laissez-les créer de délicieuses coupes glacées avec les ingrédients amusants que vous servirez. Remplissez des petits bols de baies fraîches, de pépites de chocolat noir, de granola, etc.
  • Offrez des boissons saines. Étanchez la soif des enfants en leur offrant de l’eau, du lait et du jus de fruits à 100 % au lieu de boissons gazeuses, de punch aux fruits ou d’autres boissons sucrées.

Référence : Adapté de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC. Offrez une fête santé. Alyssa Rolnick, RD. Publié le 1er mai 2008.

Pour toute question sur les bonnes habitudes alimentaires, communiquez avec le Service de consultation de diététistes afin de parler avec un diététiste du Manitoba.

Haut de page


28. Que puis-je faire pour aider mon enfant ou adolescent à bien grandir?

Il n’est pas toujours facile d’aider ses enfants ou adolescents à bien grandir. Voici donc quelques conseils pour guider leurs choix et leur transmettre des leçons dont ils pourront se servir toute leur vie.

Conseils pour manger santé

Faites du déjeuner une habitude à la maison.

  • Le déjeuner contribue à améliorer la participation et l’apprentissage des enfants à l’école.
  • Les bons choix comprennent notamment : les fruits, les céréales à grains entiers, le pain bannock, le pain pita, les rôties, le lait, les boissons de soya, le yogourt, le tofu, les œufs et le beurre d’arachide.
  • Essayez de vous réunir tôt en famille afin de disposer de suffisamment de temps pour déjeuner.

Buvez de l’eau souvent : il s’agit du meilleur choix lorsqu’on a soif.

  • Limitez la quantité de boissons sucrées comme les boissons gazeuses, les boissons aux fruits et les boissons pour sportifs. Ces boissons sont peu nutritives, ou ne le sont pas du tout, et peuvent causer des caries dentaires.
  • Limitez la consommation de jus de fruits purs à 100 % à ½ tasse par jour pour les jeunes enfants et à 1 tasse par jour pour les adolescents.

Profitez de l’heure du repas pour passer du temps en famille.

  • Cuisinez en famille. Mangez en famille. Discutez en famille.
  • Les repas en famille favorisent une saine alimentation.

Partagez les décisions au sujet des aliments.

  • Les parents et les fournisseurs de soins décident des types d’aliments qu’ils offriront aux enfants et du moment où ils les offriront.
  • Par contre, ce sont les enfants qui doivent choisir ce qu’ils mangeront et la quantité qu’ils mangeront. Faites confiance à leurs signaux de faim et de satiété.
  • Plutôt que d’utiliser la nourriture pour récompenser les enfants, il vaut mieux les féliciter, les étreindre et simplement passer du temps en famille.

Optez pour des repas et collations santé.

  • Prenez le temps de vous asseoir pour les collations et les repas.
  • Servez une variété d’aliments des quatre groupes alimentaires du Guide alimentaire canadien.
  • Offrez des aliments qui sont généralement riches en fibre, et qui ont une faible teneur en sucre et en gras.

Des conseils pour une vie active

Intégrez l’activité physique à la routine quotidienne.

  • La pratique régulière d’activité physique aide les enfants à développer leur force et à avoir de l’énergie.
  • Visez 60 minutes d’activité physique chaque jour.
  • Ayez du plaisir en famille en vous adonnant à des activités qui conviennent à l’âge de votre enfant.
  • Planifiez des marches ou des promenades à vélo après le souper.

Limitez le temps passé devant un écran à moins de 2 heures par jour.

  • Le temps passé devant un écran comprend le temps passé devant la télévision ou un ordinateur, et le temps passé à jouer à des jeux vidéo.
  • Plus les enfants passent du temps devant un écran, moins ils ont le temps pour bavarder en famille ou pratiquer des activités physiques.

Dormez suffisamment.

  • Les enfants ou adolescents sont mieux préparés à leurs activités quotidiennes s’ils ont eu une bonne nuit de sommeil.
  • Dormir suffisamment favorise l’atteinte et le maintien d’un poids santé.

Soyez un modèle en matière de saines habitudes de vie

  • Les enfants apprennent en regardant les autres. Ils seront plus enclins à faire des choix santé si ces choix font partie de votre routine familiale.

Source : Les diététistes du Canada – Conseils pour aider votre enfant ou adolescent à bien grandir

Pour toute question sur les bonnes habitudes alimentaires, communiquez avec le Service de consultation de diététistes afin de parler avec un diététiste agréé du Manitoba.

Haut de page


29. Qu’est-ce qu’un poids santé pour un adolescent?

Le poids et l’image corporelle peuvent être des questions délicates, surtout pour les adolescents. De fait, il n’y a pas de poids idéal. Le poids idéal pour une personne peut ne pas l’être pour une autre. Au lieu de se concentrer sur le poids, concentrons-nous plutôt sur les comportements qui favorisent la santé, une alimentation saine et la performance. Pour de plus amples renseignements.

Pour toute question sur les bonnes habitudes alimentaires, communiquez avec le Service de consultation de diététistes afin de parler avec un diététiste du Manitoba.

Service de consultation de diététistes
1 877 830-2892
204 788-8248 (à Winnipeg)

Haut de page


30. Je viens d’avoir mon premier enfant. Comment dois-je prendre soin de moi pendant la période d’allaitement?

L’allaitement est bénéfique pour vous et votre bébé. Faire des choix sains et nourrissants pendant la période d’allaitement est important. Pour de plus amples renseignements.

Pour toute question sur les bonnes habitudes alimentaires, communiquez avec le Service de consultation de diététistes afin de parler avec un diététiste du Manitoba.

Service de consultation de diététistes
1 877 830-2892
204 788-8248 (à Winnipeg)

Haut de page


31. Qelles sont les suggestions de collations simples pour les enfants?

Les collations riches en éléments nutritifs sont une composante importante de l’apport alimentaire de l’enfant pour la journée. Les enfants ont des besoins nutritionnels particuliers ainsi que de plus petits estomacs et des taux métaboliques plus élevés que les adultes. Une collation saine prise au moment approprié fournit des nutriments et des calories pour une croissance, un développement, une santé et un apport en énergie optimaux. Pour de plus amples renseignements.

Pour toute question sur les bonnes habitudes alimentaires, communiquez avec le Service de consultation de diététistes afin de parler avec un diététiste du Manitoba.

Service de consultation de diététistes
1 877 830-2892
204 788-8248 (à Winnipeg)

Haut de page


32. Que faire pour que mes enfants mangent des fruits et des légumes?

Chacun sait que les fruits et les légumes sont bons pour nous. Il peut toutefois être difficile de convaincre nos enfants d’en manger. Pour en savoir plus:

Conseils et des recettes utiles

Pour toute question sur les bonnes habitudes alimentaires, communiquez avec le Service de consultation de diététistes afin de parler avec un diététiste du Manitoba.

Service de consultation de diététistes
1 877 830-2892
204 788-8248 (à Winnipeg)

Haut de page


33. À quel âge dois-je commencer à inclure mon enfant dans la préparation des repas?

On peut prendre du plaisir à cuisiner à n’importe quel âge. C’est amusant et facile, et ça peut aider votre enfant à développer des aptitudes en cuisine qu’il gardera toute sa vie. Pour en savoir plus :

Cuisiner avec les enfants

Pour toute question sur les bonnes habitudes alimentaires, communiquez avec le Service de consultation de diététistes afin de parler avec un diététiste du Manitoba.

Service de consultation de diététistes
1 877 830-2892
204 788-8248 (à Winnipeg)

Haut de page


34. Comment est-ce que je peux convaincre mon enfant, qui est difficile lorsqu’il s’agit de manger, d’essayer de nouveaux aliments?

Amener votre enfant à essayer de nouveaux aliments peut être très frustrant, mais voici quelques conseils qui pourraient vous aider. Pour en savoir plus :

Les fine-bouches : 10 conseils amusants pour amener les enfants à essayer de nouveaux aliments

Pour toute question sur les bonnes habitudes alimentaires, communiquez avec le Service de consultation de diététistes afin de parler avec un diététiste du Manitoba.

Service de consultation de diététistes
1 877 830-2892
204 788-8248 (à Winnipeg)

Haut de page


35. Je veux inculquer des habitudes saines à mes enfants. Où dois-je concentrer mes efforts?

Les parents jouent un rôle important pour inculquer des habitudes saines aux enfants. Pour en savoir plus :

Conseils pour que les enfants conservent un poids santé

Pour toute question sur les bonnes habitudes alimentaires, communiquez avec le Service de consultation de diététistes afin de parler avec un diététiste du Manitoba.

Service de consultation de diététistes
1 877 830-2892
204 788-8248 (à Winnipeg)

Haut de page


36. Comment puis-je savoir si mon enfant de deux ans mange assez bien?

Beaucoup de parents se posent la même question. Répondez au questionnaire NutriSTEP pour déterminer le risque nutritionnel de votre enfant. Pour en savoir plus :

Nutri-eSTEP – Sondage sur les habitudes alimentaires pour les tout-petits

Service de consultation de diététistes
1 877 830-2892
204 788-8248 (à Winnipeg)

Haut de page