1-877-945-4777

L'intimidation

On considère souvent que l'intimidation est une question qui concerne tout particulièrement l'école intermédiaire, mais c'est un problème qui se pose tout autant pendant l'adolescence. L'intimidation peut avoir des effets dévastateurs. Elle peut être physique, psychologique, verbale ou électronique, mais elle est dans tous les cas nuisible et blessante. L'intimidation est souvent définie comme un comportement agressif répété et délibéré adopté par un enfant pour conserver une position de pouvoir par rapport à un autre enfant (Gouvernement du Canada, Canadiens en Santé). Sa victime devient alors piégée dans une relation de violence. Voici les principaux éléments de l'intimidation :

  • déséquilibre de pouvoir – un enfant a plus de pouvoir que l'autre (du moins c'est ainsi que les enfants concernés le per?oivent);
  • actes blessants – des actes blessants sont commis sur le plan physique ou psychologique (injures, insultes, menaces, coups de pied, coups de poing, poussées, etc.);
  • actes directs et indirects – les actes sont commis devant la victime ou dans son dos (taquineries, exclusion, médisances, propagation de rumeurs);
  • comportement répétitif – les actes blessants sont répétés, de sorte que l'enfant qui en est victime a de plus en plus de difficulté à s'en sortir.

Pendant l'adolescence, l'intimidation peut aussi avoir un caractère ethnique, donner lieu à du harcèlement sexuel ou prendre la forme d'une agression au cours d'une première rencontre amoureuse.

Parlez avec votre ado de l'intimidation afin de l'aider à y faire face de différentes manières : ne pas se laisser intimider, dire à l'autre de cesser son intimidation, quitter les lieux ou en parler au professeur, à un parent ou à un conseiller. Rappelez à votre ado que même si la tentation peut être grande, ce n'est pas une bonne idée d'essayer d'intimider celui qui cherche à vous intimider. La somme de deux mauvaises actions donne toujours un résultat négatif.

Vous devez également parler à votre ado des situations où il est témoin d'actes d'intimidation. Les ados ne devraient pas demeurer passifs lorsqu'ils sont témoins d'intimidation. Ils devraient inviter la victime à quitter les lieux, dire à l'auteur de l'intimidation de cesser, prendre la défense de la victime ou signaler la situation à une personne adulte.

Si vous croyez que votre fille se fait intimider, ne faites pas comme si de rien n'était. Parlez-en avec votre ado et essayez de trouver ensemble une solution. Dites à votre fille qu'elle n'est nullement responsable de l'intimidation dont elle fait l'objet et qu'elle n'a rien à voir là-dedans. Expliquez à votre ado pourquoi vous pensez qu'elle est une personne formidable et exprimez-lui tout l'amour que vous avez pour elle. Ce peut aussi être une bonne idée de demander à votre fille qu'elle parle de ce qu'elle vit à un conseiller ou à un professionnel.

Si vous croyez que votre fille intimide d'autres ados, parlez avec elle de son comportement, des gestes qu'elle pose et des propos qu'elle tient. L'intimidation n'est jamais justifiable et exercer de l'intimidation ne correspond pas à un comportement d'adolescent normal. Tentez de garder votre calme et écoutez ce que votre adolescente a à dire. Demandez-lui pourquoi elle pose ces gestes d'intimidation et tentez d'en cerner les raisons. Il serait sans doute judicieux d'aborder le sujet avec un conseiller ou un professionnel.

Assurez-vous que votre ado sait ce qu'est la cyberintimidation et qu'il doit assumer la responsabilité des propos qu'il tient sur d'autres personnes (même s'il ne leur dit pas directement) dans un texto, un courriel, en ligne ou en clavardant. Rappelez à votre ado que la cyberintimidation est une forme de harcèlement proscrit à l'école, à la maison ou en milieu de travail.